Accéder au contenu principal

Articles

Films sur le travail

Metropolis, 1927, de Fritz Lang


Les Temps Modernes, 1936, de Charlie Chaplin

Article sur le fordisme 
Highland Park : ici naquit le travail à la chaîne"L'homme qui met une pièce ne la serre pas. L'homme qui pose un boulon ne pose pas l'écrou et celui qui pose l'écrou ne le serre pas. (…) Tout bouge dans l'atelier. (…) Aucun ouvrier n'a plus à se déplacer ni à lever quoi que ce soit", décrit Henry Ford dans son livre autobiographique, My Life and Work, paru aux Etats-Unis en 1922.
Pour révolutionnaire qu'il soit, le concept du fordisme mettra du temps à se généraliser. En fait, c'est l'industrie de l'armement qui va commencer à s'en emparer au moment de la première guerre mondiale. André Citroën, qui a visité Highland Park peu avant 1914, équipe son usine d'armement du quai de Javel, dans le 15e arrondissement de Paris, d'une chaîne mobile pour augmenter la production des fameux obus de 75 mm. Ce n'est qu'au sortir de la…
Articles récents

Vos "définitions", "perceptions" du mot "travail"

"Le travail est une source d'effort qui nous permet de réussir dans notre vie et nous aide à gagner de l'argent."    Léo
"Le travail est la tâche nous permettant de survivre. Le travail n'est pas un choix. Travail = survie ; Travail = obligation ; travail = pénible."   Marin
"Le travail est dans tout une source de plaisir, sans cela c'est souffrir." Félipé
"Pour moi le mot "travail" est associé aux costumes, ou aux ouvriers qui n'ont pas tous l'air épanouis. Travail = souffrance. C'est pour ça que j'aime la phrase : "Trouve un travail que tu aimes, et tu n'auras plus à travailler de toute ta vie.""   Merlin
"Le travail est une activité sous contrat moyennant rémunération. Au niveau de la société le travail est obligatoire pour subvenir aux besoins de l'individu. Sans travail il n'a plus d'importance, il est considéré mieux mort que vivant. Objet d'utilité à la société et au…

Sur le travail

"J'appelle travail tout effort exempt de plaisir, ou plutôt : un effort qui vous diminue à vos propres yeux."  CIORAN Emil - Carnets 1957-1972, 2 juillet 1970.
"Je hais le travail au point de ne pouvoir l'exiger des autres." SCUTENAIRE Louis; 1905-1987, Mes inscriptions I, Paris,1945.
"Le travail acharné n'est que le refuge des gens qui n'ont rien d'autre à faire." WILDE Oscar Fingal O'Flaherie Wills, 1856-1900, Les Pensées, Paris.
"L'intellect de l'homme est forcé de choisir : ou la perfection de la vie, ou la perfection du travail." YEATS W. B.,  , 1932.

"Tant de mains Qui hors du travail Ne savent pas quoi." Eugène GUILLEVIC


"Il n’y a de dignité du travail que dans le travail librement accepté." Albert CAMUS

"Ah, la joie de ce travail dont nul ne vient à bout : vivre !" Christian BOBIN

"Le travail est la pire des drogues : ceux qui qui en ont en crève, ceux qui en manquent en crèvent…

Travail

Définition du travail
Etymologie : du bas latin tripalium, appareil formé de trois pieux, utilisé pour ferrer ou soigner les animaux, ou comme instrument de torture pour punir les esclaves.
Le travail désigne l'effort physique ou intellectuel qui doit être accompli pour faire quelque chose ou obtenir un résultat recherché.

Quelques uns des différents sens du mot travail :En tant qu'occupation rémunérée, le travail est synonyme d'emploi. Le terme travail peut aussi s'appliquer à des activités non rémunérées (Ex : Travail domestique, dans le cadre de la famille)

En économie, le travail est l'un des facteurs de production, avec le capital et la terre. Fourni par des employés en échange d'un salaire, il est organisé et dirigé vers la réalisation de biens ou de services.
Le travail est l'un des éléments d'appartenance d'un individu à la société. Mais, selon les points de vue, il est perçu comme un devoir moral et social ou, à l'inverse, comme …

L’arnaque de l’étymologie du mot "travail" par Franck Lebas (blog de Médiapart)

On ne compte plus les références à cette fameuse histoire linguistique à propos des origines du mot travail. C’est une des étymologies les plus connues. Une série télévisée récente en a même fait son titre : Trepalium. Ce mot latin [1], qui désigne un instrument de torture, est en effet supposé être la source du mot français travail. 
Cette hypothèse permet de conforter l’idée selon laquelle le travail serait, intrinsèquement, une souffrance, voire un supplice. Cette interprétation linguistique est aussi exploitée par certaines organisations[2] qui stigmatisent le travail vu comme une activité rémunératrice mais pénible, pour valoriser les activités qui procurent de la satisfaction et qui, elles, appartiennent à la sphère des loisirs, de l’utilité sociale, etc. Ces raisonnements sur l’histoire des mots sont doublement frauduleux : ils tentent, d’une part, d’essentialiser une dimension de l’organisation sociale, pour mieux discréditer les idées progressistes. D’autre part,…