Accéder au contenu principal

Articles

ALTERNATIBAC à la ferme de Combreux - Mai 2021

                                                                                                                                                                            Photo de Pascal Texte de Natacha Les 5 et 6 mai, le groupe Alternatibac est parti pour 2 jours à la ferme de Combreux, un collectif assez récent ayant petit à petit racheté le corps de ferme provenant d’un patrimoine familial. Le collectif s’est fondé dans le but d’une expérience autogestionnaire. D’autres personnes arrivent, plein de projets se forment : four à pain, séchoir à tisanes, cuve à bière… Dans la soirée, nous avons pu échanger sur nos pratiques au sein du LAP et de leur collectif. Ils nous ont fait part de leurs lectures qui ont beaucoup influencé leurs façons de tenir des réunions. Le lendemain, nous aidions à décharger les parpaings et creuser les tranchées d’évacuations d’eau de la grange qui servira aux futurs projets.                                                                                Thib
Articles récents

MINI ENQUÊTE SOCIOLOGIQUE - TRANSPORTS URBAINS EN BUS - réalisée en avril 2021

  MINI ENQUETE SOCIOLOGIQUE – TRANSPORTS URBAINS 1.A quelle fréquence prenez vous le bus de ville ?  Une à plusieurs fois par jour  Une à plusieurs fois par semaine  Une à plusieurs fois par mois  Une à plusieurs fois par an  Jamais 2. Est-ce que vous utilisez d’autres types de transports ? Si oui quel est celui que vous préférez ? 3. Est-ce que le Covid a modifié vos usages des transports en commun ? 3. Quelle est l’ambiance que vous ressentez quand vous prenez les transports ?   4. Les interactions que vous avez dans le bus Indiquez avec un trait vertical votre degré de satisfaction avec les propositions suivantes Le conducteur du bus est agréable Pas du tout d’accord Tout à fait d’accord Je trouve inconfortable de rester avec les inconnus Pas du tout d’accord Tout à fait d’accord 5. Avez-vous une situation particulière ou extraordinaire lors de l’un de vos trajets en bus ?  

Les damnés de la Commune de Raphaël Meyssan, 2019

Du soulèvement du 18 mars 1871 à la "Semaine sanglante" qui s'acheva le 28 mai 1871, Paris fit il y a 150 ans l'expérience d'une insurrection populaire et démocratique. Raphaël Meyssan nous plonge au cœur de cette révolution singulière, grâce à un étonnant dispositif esthétique, construit autour de gravures d'époque. À la fin des années 1860, Paris gronde. Dans un Second Empire qui se veut libéral, Napoléon III a chargé le préfet Haussmann de moderniser la capitale pour en faire un paradis de la grande bourgeoisie. Tandis que la misère et les loyers augmentent, la contestation populaire prend de l’ampleur. Pour affirmer son autorité, l’empereur tente de détourner la colère sociale contre un ennemi extérieur et déclare la guerre à la Prusse. Mais le conflit vire au fiasco. Le 3 septembre 1870, Napoléon III est fait prisonnier. L’empire s’effondre, la République est proclamée et le gouvernement provisoire, installé à Bordeaux, décide de négocier la paix avec le

Rueil-Malmaison. Une rétrospective du père du street-art Ernest Pignon-Ernest à admirer en ligne

  Ici

ACTIVITE DECOUVERTE de l'AGRO-CITE DE BAGNEUX

  L'expérience racontée par Gabriel:  L’agroCité de Bagneux, située en pleine banlieue à trois kilomètres au sud de Paris, est un espace essentiellement consacré à la culture de fruits, légumes et autres aliments. Ce jour-là, nous avons été accueillis par Anne, jeune architecte de 25 ans venant y travailler une fois par semaine, et membre de l’Atelier d’Architecture Autogérée (abrégé en AAA). Après la traditionnelle visite des lieux, la découverte des différents équipements (four à pain, grille de phytoépuration…) sur ce terrain d’environ 750m2, ça a été à notre tour de mettre la main à la pâte ; nous avons été chargés de désherber la parcelle située sous la grille de phytoépuration, armés de gants, bêches et autres outils agricoles. En effet, les mauvaises herbes et, plus spécialement, la mousse contribuent à rendre la terre imperméable, et ainsi davantage poreuse, au contraire des roseaux, que l’on devait laisser en place. Une fois les mauvaises herbes évincées et expédiées dans